Prochain RDV : un samedi matin en janvier, verger, AG ?





Calendrier des activités




Accueil
Contact
Pomologie en Anjou

Pomologie en Anjou

André Leroy

Le Comice

Autres personnages

Les poiriers angevins

Les pommiers angevins

Les autres fruits angevins

rechercher et identifier les variétés fruitières anciennes

Pomologie en Anjou

Conformément au premier objectif de l'Association, il faut connaitre le paysage fruitier angevin d'antan. Pour cela, l'association se base sur les anciens ouvrages, les documents d'archives, etc.

Les principales sources sont les archives départementales et municipales (celles d'Angers sont certainement les mieux organisées toutefois, il ne faut pas négliger celles des villes de moindre importance).
Angers a la particularité d'avoir conservé sa Société d'Horticulture active (il y en avait une dans quasiment chaque ville au XIXe). Celle-ci dispose notamment de son importante bibliothèque, directement issue du "Comice". Ce fut un don de la fille de son 3ème Président vers 1880, Mr de La Devansaye.

Anciens livresPour être complet, il faut néanmoins aussi consulter tous les autres documents d'archives (baux, documents notariés, rapport des "chemins de fer", catalogues des pépiniéristes, etc), se référer aux témoignages oraux, aux autres ouvrages de pomologie ....


On peut classer en 2 catégories distinctes les variétés d'arbres fruitiers :

- Les variétés "homologuées" :

En partant des pépins, l'arbre semé produit une nouvelle variété de fruits ; chaque variété était goûtée et observée lors de réunions de sociétés pomologiques, de congrès, etc. Si la qualité était jugée intéressante au niveau du goût, voire tout simplement pour son aspect, pour les fruits de décoration, il ne restait plus qu'à décider de l'appellation du fruit puis à effectuer une publication pour officialiser la nouvelle variété.

- Les variétés traditionnelles (paysannes, locales) :
Elles n’ont jamais été homologuées et portent des noms locaux, parfois même en patois, qui peuvent différer d'un village à l'autre. Là , il faut faire appel à la "mémoire orale".
C'est notamment pour cela que l'association est présente à des manifestations, visite des vergers, va "sur le terrain" (foires, salons...), pour rencontrer les angevins.

Les poires issues des pépinières d'André Leroy peuvent ainsi être classées dans la 1ère catégorie. Elles peuvent être facilement identifiées. On ne peut pas en dire autant des pommes à cidre du Haut-Anjou qui sont de la deuxième.


Actuellement concernant les poires et les pommes, on relève ~250 variétés, perdues ou retrouvées, qui s'avèrent être ou avoir été originaires de la région tandis qu'il n'y en a qu'environ 40 conservées au Verger.

À la recherche du fruit perdu !

Poire de vignePar l'arrachage d'une haie, d'une parcelle de vigne, de la construction d'une maison, etc, d'anciennes variétés disparaissent.
Vous avez chez vous un vieux pommier ou un poirier plus que centenaire dont vous ne connaissez pas le nom.
Il s'agit peut-être d'une variété perdue que nous recherchons, nous, "Croqueurs de Pommes" ?
Nous pouvons vous aider à identifier ces fruits, et, si vous le désirez, greffer et reproduire cette ancienne variété.


Pomme recherchéePar ailleurs, on fait aussi appel aux collectionneurs, vergers de sauvegarde, etc. La variété dans ce cas est probablement identifiée, mais nous ne l'avons pas alors que nous souhaitons la posséder.
Un greffon, SVP ? ;-)




Les générations futures vous remercient !

et nous aussi...


Variétés de poires traditionellement cultivées en Anjou, récemment retrouvées :
  • MILAN JALLAIS
  • POIRE d'ÂNE
  • SAINT-GERMAIN d'ÉTÉ