Prochain RDV : samedi matin 04 mars au verger





Calendrier des activités




Accueil
Contact
Délices d'Hardenpont d'Angers

La poire 'Délices d'Hardenpont d'Angers'


Ce fruit tient son nom d'une méprise d'il y a environ 170 ans. 
À cette époque, André Leroy avait reçu un plant envoyé de Belgique. Il était étiqueté 'Délices d'Hardenpont'. Il l'avait dès l'ors multiplié puis commercialisé sous ce nom. Ceci se passait en 1832.

Moins de 15 ans plus tard, en 1845, cette poire qui soulevait de sérieux doutes fut soumise à un pomologue belge de renom à l'époque, Laurent de Bavay, de Vilvorde :
- de fait, cette variété ne correspondait pas du tout à la véritable 'Délices d'Hardenpont'. Il y avait une erreur manifeste sur son nom. 

Il a donc été décidé de la renommer.
Comme elle avait déjà été largement diffusée (car elle était réputée pour être une excellente poire), qu'elle était désormais connue dans la région angevine comme 'Délices d'Hardenpont' et que la méprise sur son nom n'était pas récente, André Leroy a préféré alors, pour la singulariser de la véritable, ajouter la mention 'd'Angers'.
Ainsi naissait la poire 'Délices d'Hardenpont d'Angers' :-)

Cette poire n'avait toujours pas été définitivement identifiée en 1845.
Elle le fut peu de temps plus tard. Ce fut confirmé au congrès de Namur en 1862, soit 30 ans après qu'André Leroy l'avait reçue. 
Il a fallu du temps car il il y avait, même en Belgique, des amalgames quant à ce type de poire devenue assez ancienne. La conclusion tirée à Namur resta d'ailleurs, même longtemps après, contestée.
Il s'agissait en fait de 'Fondante du Panisel'.

Peu de temps après 1862, la Société pomologique de France à son tour confirmait la conclusion de Namur.

Il n'est guère possible de confondre les deux variétés ; la véritable 'Délices d'Hardenpont' et et la 'Fondante du Panisel' sont deux poires sont de fait très différentes l'une de l'autre.


Illustration d'après A Bivort
Album de pomologie - tome 3 - 1850


Cette dernière est d'ailleurs grandement aussi bonne que celle pour laquelle elle avait été d'abord achetée. Elle est sans doute l'une des meilleures obtentions de Nicolas Hardenpont. Il l'avait obtenue vers 1760. 

Cette histoire est désormais ancienne mais la confusion perdure toujours 250 ans après son obtention. Il suffit de rapidement consulter le web, pour réaliser qu'on a de toute évidence encore "de tout et n'importe quoi".
Ainsi la variété étiqueté simplement 'Délices d'Hardenpont' au verger est toujours précisément celle 'd'Angers'.
Il s'agit donc en fait d'une véritable 'Fondante du Panisel'.

Comme quoi, nos habitudes ont la vie dure :-)

Cet épisode serait juste un fait un peu regrettable sauf que la véritable 'Fondante du Panisel' est pour ainsi dire disparue de nos vergers européens, et que lorsqu'on affirme la détenir, il est permis d'en douter tant la confusion reste grande.

La méprise d'André Leroy de 1832 a ainsi permis de mieux conserver la variété.
Comme quoi notre manque de réactivité local n'a pas que du mauvais.

Et dire que toute cette histoire était la conséquence d'une simple erreur d'étiquetage...