Prochain RDV : samedi matin 02 décembre au verger





Calendrier des activités




Accueil
Contact
Legs Hérault

Le "legs Hérault"


Un des quatre lions en bronze qu'il avait offert à la Municipalité


Le 07 avril 1899, Alexandre Hérault meurt à l'âge de 82 ans en léguant sa fortune à la ville d'Angers (environ 1 million de francs). Cette somme, qui correspondaient +/- à la moitié des recettes annuelles de la commune, était destinée aux "intérets exclusivement civils et laïcs de la population".

Personnage original, philanthrope, il se présentait comme musicien, savant, horticulteur, etc. Il a vécu de l'argent hérité de ses parents. Il s'habillait comme un pauvre, vivait dans un capharnaüm. Il était connu pour être avare alors qu'il était en réalité riche. Il a fini ses jours dans un hospice.

La ville s'est satisfaite de cet apport pécuniaire, mais ce qui nous intéresse d'avantage sont les fruits qu'il a créés.
Son testament mentionne longuement son désir que les poires et les melons qu'il avait obtenu continuent d'être diffusés. Pour cela, il cède par héritage aux horticulteurs Constant Lemoine * et à son fils son terrain de la rue de Paris et les prie de s'en charger.

Depuis les années ont passées, le souvenir du "père Hérault" s'est estompé. Il y a longtemps que celui de ses successeurs l'est aussi. Ses fruits sont oubliés. 

Par chance, les Croqueurs de pommes s'en soucie

En retrouvant les variétés qu'il avait créées dans des conservatoires, chez des pépiniéristes, etc. De plus après des recherches, il s'est avéré que des variétés déjà conservées localement sont en réalité de ses obtentions. On arrive à retrouver la description originale de ses poires (non sans mal - souvent dans les Bulletins de la fin du XIXème de la Société Pomologique Française, basée à Lyon).

Il a été parmi les premiers à utiliser "l'hybridation dirigée" pour obtenir de nouvelles variétés fruitières. Il faisait en sorte que la pollinisation de la fleur d'une variété de choix le soit par une autre variété connue et méritante. Il avait décrit sa méthode dès 1864 :
Procédés pratiques pour obtenir des hybridations artificielles....  
Le hasard total était ainsi diminué...
Estimant qu'il n'avait rien à apporter concernant les variétés de poires de mi-saison (octobre/novembre), que les bons fruits de ce genre étaient déjà nombreux, il a notamment concentré ses efforts sur l'obtention de variétés précoces (juillet/août).

Il nous ainsi légué les variétés de poires suivantes  :

Bergamote Hérault (cultivée localement)
Blanquet d'Angers (à retrouver)
Doyenné Hérault (à retrouver)
Fils du Giffart (à retrouver)
Fin juillet (cultivée localement)
Joyau d'août (à retrouver)
Joyau de septembre (cultivée localement)
Juteuse d'août (à retrouver)
Milan doré (à retrouver)
Précoce d'Angers (cultivée localement)
Rosée de juillet (cultivée localement)
Rubiette d'Angers (en cours)
Souvenir de Valmy (à retrouver)
Vert prime de juillet (à retrouver)
Williams d'Angers (à retrouver)

Son travail était désintéressé. A vrai dire, beaucoup de ses obtentions, de par leur précocité, leur faible conservation, leur calibre, etc, ne peuvent pas prétendre à faire l'usage d'un commerce et ne peuvent pas intéresser un quelconque producteur de fruit.
Reste le goût... L'amateur est pour cela un privilégié, car "il y en de vraiment bonnes dans le lot".

Ses melons - deux de ses obtentions sont mentionnées : Composite et Orangine.

N'hésitez -pas à utiliser le l'adresse mail du contact du site si vous avez des informations (poires et melons)...

* Le Professeur Lemoine était notamment connu pour avoir enseigné l'arboriculture dans les années 1870-80 (il est l'auteur de "Abrégé d'arboriculture")