Prochain RDV : samedi matin 07 octobre au verger





Calendrier des activités




Accueil
Contact
Sarracenia

Sarracenia


Flora of North America

Les scientifiques s'intéressent actuellement à une plante carnivore venue du Canada. Elle pourrait être une solution face à l'invasion de frelons asiatiques qui détruisent des ruches entières d'abeilles.
La presse locale en a fait écho.

Au Jardin des plantes de Nantes, en animant des ateliers pour la grand-public, on a constaté par hasard dans ses urnes, la présence en nombre de ces hyménoptères indésirables, morts, en phase de digestion.
200 fleurs ont ainsi été examinées. On n'a jamais observé d'abeilles piégées, pas de frelon européen mais quasi uniquement que des frelons asiatiques (+ qqes mouches).

La plante en elle-même, quoique efficace, ne pourra jamais répondre au problème posé. Au maximum, on estime qu'elle arriverait à piéger au  maximum une cinquantaine d'individus. On est bien loin des 3000 que comporte chaque colonie.
La Sarracenia ne serait donc pas la panacée. Il s'agit d'une plante de tourbière, originaire d'Amérique du Nord, incompatible avec 98 % des sols français.

L'espoir réel réside toutefois dans la substance qu'émet cette plante. Son piège est redoutablement efficace. Quelle est la molécule qu'elle émet qui attire uniquement ces destructeurs ? Quelle est cette phéromone irrésistible ?

Reste à l'identifier, la synthétiser puis, pourquoi pas, l'intégrer à des appats.
Actuellement, on apprécie ceux qui, transportés dans le nid pour nourrir les larves, bloque le développement de ces dernières qui finissent par avorter.
Il parait qu'une colonie est ainsi éradiquée en quelques jours.

L'Université de Tours l'étudie mais ce peut-être long.

Le problème que pose cet insecte, pour lequel ses prédateurs naturels sont restés en Asie, devient ingérable.
L'apiculteur arrivera peut-être à protéger ses ruches mais c'est alors la faune sauvage qui en patira d'autant plus.
Pour l'instant, nous ne disposons pas de moyen de lutte efficace.
Le piégeage pour attirer la bestiole et la noyer par le moyen d'un cocktail vin-sirop...,  s'avère quasiment inutile (cette méthode peut paraitre efficace mais en réalité n'arrive qu'à  piéger au maximum 1 frelon sur 10)  et lorsqu'il est utilisé sans précaution devient un destructeur implacable de la faune secondaire.

La solution efficace reste à inventer.

A suivre...